Entrez dans l'aventure au féminin...

Aventurières, voyageuses, exploratrices, globe-trotteuses... Elles existent, vous les avez rencontrées - peut-être en êtes-vous une.

Mais savez-vous qu'elles ont toujours existé ? Longtemps avant Alexandra David-Néel, longtemps avant Isabelle Eberhardt ?

En 1850, déjà... et même avant. Ida Pfeiffer, Isabella Bird, Gertrude Bell, Jane Dieulafoy... et tant d'autres. Ce blog leur est consacré ; aidez-moi à l'enrichir avec les histoires vraies que vous connaissez, et des questions auxquelles je m'efforcerai de répondre.



mercredi 4 juillet 2018

Clandestine mais pas vraiment, Rose de Freycinet

L'aventure de Rose de Freycinet illustre tous les faux-semblant qui entourent le voyage au féminin jusqu'à la fin du XIXe siècle. Rose n'a pas le droit d'embarquer sur les navires du roi, mais son mari dirige la mission scientifique réalisée par l'Uranie en 1817-1820. Or elle veut absolument partir. Sa famille le lui interdit, mais son mari l'y encourage… Alors ?  on fait semblant de ne rien savoir. Rose se coupe les cheveux et se déguise en garçon… jusqu'au détroit de Gibraltar. Après cela, elle vit à bord, visible et invisible à la fois. Lorsque l'Uranie fait naufrage le 14 février 1820 près des îles Malouines, Rose se conduit "admirablement", selon le mot d'Arago, membre de l'expédition. Son nom ne sera cependant pas même mentionné dans l'enquête qui suivra.
Revenue de son tour du monde, elle deviendra la première femme de l'histoire à le raconter elle-même.Elle mourra dans l'épidémie de choléra qui frappa Paris en 1832.

Journal : Campagne de l'«Uranie»: (1817-1820)

, par Rose de Freycinet

 

vendredi 29 juin 2018

Adelaïde, brave petit mousse

Un mousse en 1799
Plutôt que de rester mendiante, la petite Adelaïde Elie se déguisa en garçon pour être servir comme sous-mousse sur le Glorieux, aux alentours, sans doute, de 1788. Elle participa à son bord aux combats navals de la guerre d 'Indépendance américaine jusqu'à la capture du vaisseau par les anglais en 1782. Même prisonnière, elle resta incognito. Ce ne fut qu'à son retour de captivité qu'elle fut "reconnue". Malgré le délit qu'elle avait commis en déguisant son sexe, le roi lui accorda la demi-solde de matelot "en considération de sa bravoure et de ses blessures." Elle avait alors dix-sept ans !

mardi 3 avril 2018

"Vous voyagez seule ? Vous n'avez pas peur ?" Louise raconte


Louise HACQUES Jeune aventurière d'aujourd'hui
"L'aventure je voulais la vivre absolument, mais le vélo c'était le plus pur des hasards... 

"En cette année 2014, je souhaitais quitter Paris où j'avais vécu mes deux premières années professionnelles. Je m'étais toujours promis un grand voyage après mes études. Ma fin de contrat et mes quelques économies étaient l'occasion rêvée pour entreprendre mon rêve. J'ai décidé d'aller à la découverte de l'Amérique du Sud. "Partir seule? Tu n'as pas peur?" ai-je entendu murmurer. Sur un forum de voyage, j'ai rencontré Julien un jeune ingénieur du sud de la France qui m'a proposé le tour de l'Amérique Latine. A vélo ... Mon cœur battait la chamade. Parce que c'était vraiment de l'aventure qui se profilait, et que j'étais prête à relever le défi...    Lire la suite sur "Plus d'info"

jeudi 1 février 2018

Jeanne Baret - La première femme autour du monde

A écouter ou réécouter sur France Inter, l'émission Autant en emporte l'histoire de Stéphanie Duncan consacrée à Jeanne Baret, "la Bougainvillée", la première femme connue à avoir bouclé le tour du monde, déguisée en homme, dans les équipages de Bougainville.
Jeanne Baret - La première femme autour du monde sur France Inter 

samedi 13 janvier 2018

Le Journal d'une parisienne en voyage est signé d'Alexandre Dumas, mais ce n'est pas un roman. Il s'agit d'un emprunt de l'écrivain à la comtesse Dash, authentique voyageuse à travers le Pacifique (Nouvelle-Zéalnce, Australie, Nouvelle-Calédonie, tahiti, la californie...) dans les années 1850. De retour, en France, cette grande dame confie "à un ami les notes de son journal" - ami qui l'arrange à sa guise. Le récit perd un peu en exactitude mais gagne en panache. du vrai Dumas ! Et une description étonnante de ces terres alors encore si peu connues des Européens.
Réédité par les Edition avant et après.

mardi 2 janvier 2018

Lady Franklin - La veuve voyageuse

On la connaît surtout pour s'être épuisée à rechercher son mari, explorateur du pôle perdu dans les glaces. A ce titre, elle a fourni les ingrédients d'un mythe séculaire, celui de l'épouse fidèle jusqu'à l'obsession à la mémoire de son mari.
C'est oublier qu'elle fut elle-même une grande voyageuse - et la première Européenne à accomplir la traversée de la Tasmanie, en 1842. Sa longue quête pour un mari dont elle ne pouvait que deviner qu'il était mort n'était-elle pas, aussi, une transposition de son immense désir d'exploration ?  De fait, les expéditions qu'elle a lancées à la recherche de sir John Franklin ont fait plus pour la connaissance du pôle Nord que l'explorateur ainsi célébré.